Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Trouver le bon couple... isolant plus finition

Trouver le bon couple... isolant plus finition

Février 2011
Le Particulier Pratique n° 365, article complet.
Auteur : COUNE (Isabelle)

- Enduit ou bardage - Les fixations adéquates - Polystyrène ou laine de roche

En habitat individuel, deux solutions sont possibles. La plus courante consiste à utiliser un isolant recouvert d’un enduit de finition, avec une sous-couche armée entre les deux. La seconde, est une technique sèche : un isolant est placé entre des montants verticaux en bois ou en métal, sur lesquels sont fixés des bardages – vrai ou faux bois (voir LPP n° 358), imitation carrelages, tuiles…

Enduit ou bardage

L’isolation sous bardage revient plus cher (environ 136 €/m2 fourni-posé) qu’avec de l’enduit (126 €/m2). Le bardage est donc parfois utilisé sur des zones limitées, en juxtaposition avec de l’enduit afin de créer un effet décoratif. Il est plus solide que l’enduit et présente une meilleure résistance. Isover s’est associé avec Gascogne Wood Products pour proposer un kit destiné à faciliter la tâche des poseurs : le K’ITE System, réalisé sur mesure d’après un questionnaire de chantier, limite les découpes sur place et permet de gagner du temps. Les fabricants d’enduits et de peintures lancent aussi des systèmes ITE comprenant l’isolant, le mode de fixation, la couche de base armée et la finition : Revitherm de Seigneurie, Sigma-isol de Sigma Coatings, Armaterm de Zolpan.

Enduits minéraux ou organiques

Les enduits peuvent être minéraux (Weber.therm XM de Weber, enduit et chaux aérienne sur polystyrène) ou organiques (revêtements plastiques épais – RPE). Le choix dépend des contraintes : les enduits organiques résistent mal aux chocs (jeux de ballon contre un mur, par exemple) ; les enduits minéraux à la chaux peuvent supporter l’humidité ou le verdissement en lisière de forêt. Les uns comme les autres offrent de multiples possibilités décoratives. Weber décline ses enduits organiques en 184 teintes et ses enduits minéraux en 72 couleurs. Vous pouvez également choisir la finition : grattée, talochée – qui prend moins la poussière en ville –, ribbée, rustique, à base de grains de marbre projetés…
Le choix de la couleur est conditionné par l’altitude, en fonction du coefficient d’absorption solaire de la teinte. Les couleurs foncées ont, en effet, tendance à absorber la chaleur, ce qui engendre des dilatations. Comme la chaleur n’est pas transmise à la maçonnerie, l’enduit peut se fissurer. De même, pour mettre côte à côte un enduit clair et un enduit foncé, il faut réaliser entre les deux un joint de dilatation. Pour aider à la décision, Weber s’apprête à ajouter sur son site jeravalemafacade.com un simulateur de couleurs.

Les fixations adéquates

Il existe trois modes de fixation : collé, mécanique par rails ou calé chevillé (système associant colle et chevilles). La technique de pose dépend du type d’isolant, de l’état de la façade et de l’exposition (site exposé, venteux…). La règle relative aux fixations est en train d’évoluer. Le classement reVETIR, établi par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), donne un calepinage en fonction de la région et du vent.
La pose sur rails (profilés) est réservée au polystyrène (PSE) blanc. Elle est adaptée en rénovation sur des revêtements anciens (peinture, RPE, enduit plan). Si le support présente des défauts de planéité, il faudra opter pour une pose calée chevillée. Celle-ci autorise tous les types d’isolants. Pour savoir quelle solution convient le mieux, l’artisan va procéder à des tests sur la façade : vérification de la planéité, essais d’arrachement des fixations ou de résistance à la traction. Pour une pose collée, la façade doit être exempte de salissures. Un nettoyage peut donc s’avérer nécessaire.

Polystyrène ou laine de roche

Préférez un isolant industrialisé, qui assure d’avoir toujours la même qualité de produit, et certifié Acermi, qui garantit sa tenue dans le temps. Les plus utilisés sont le PSE et la laine de roche. Le PSE blanc a l’avantage d’être moins cher que le gris, qui contient du graphite, mais il est moins performant. Le coefficient de conductivité thermique (λ) d’un PSE blanc est de 0,038 W/mK (gamme Therm ITEx Th38 SE de Knauf, Armaterm ITEX Th38 SE de Zolpan ou Cellomur de Placo), tandis qu’il est de 0,032 W/mK pour le PSE gris (XTherm ITEx 32 SE de Knauf, Armaterm ITEX Th32 SE de Zolpan ou Cellomur ultra de Placo). Plus ce coefficient est faible, plus le produit est performant : 9 cm de PSE gris équivalent à 11 cm de PSE blanc. La laine de roche est également intéressante, avec une conductivité de 0,036 W/mK (panneau semi-rigide Rockfaçade sous bardage ou panneau rigide Ecorock sous enduit, de Rockwool). La laine de verre Isofaçade 32 d’Isover, destinée au bardage ventilé, atteint un λ de 0,032 W/mK. Les laines minérales constituent, en outre, un excellent isolant acoustique grâce à leur structure fibreuse qui arrête le son. Elles se posent obligatoirement en calé chevillé. Le système collé est à bannir pour la laine de roche comme pour la laine de bois.
L’épaisseur de l’isolant dépend de la composition du mur. Pour avoir droit au crédit d’impôt, il faut atteindre une résistance de 2,80 m2K/W. La fibre de bois, moins isolante (λ de 0,047 W/mK pour le panneau Agepan THD d’Isoroy) mais plus respirante, convient bien sur une maison à ossature bois. Elle est utilisée en complément d’un isolant en laine minérale. Elle doit être posée avec un pare-pluie.


Mots-clés :

FACADE , ISOLATION THERMIQUE , MAISON INDIVIDUELLE , MATERIAU ISOLANT




Outils pratiques :
Papiers à conserver

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier