Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Consommation > Guide d'achat : Les canapés inclinables - Trouver la bonne position relaxante

Guide d'achat : Les canapés inclinables - Trouver la bonne position relaxante

Guide d'achat : Les canapés inclinables - Trouver la bonne position relaxante
Décembre 2010
Le Particulier Pratique n° 363, article complet.
Auteur : RISTE (Christine)

Des canapés ergonomiques pour le confort dorsal ; Des canapés lounge pour s’allonger nonchalamment ; Les canapés électriques pour un basculement automatisé.

“Le confort, c’est très personnel”, répètent inlassablement les vendeurs quand vous leur parlez de votre projet d’acheter un canapé pour vous relaxer… Et ils ont bien raison ! Avant de se lancer dans un tel achat, mieux vaut, en effet, savoir quel type de siège on recherche (ferme, douillet, etc.) et dans quelles positions on se sent vraiment détendu (complètement affalé, assis en tailleur…). Souhaitez-vous que votre canapé soit ergonomique, son dossier maintenant parfaitement vos vertèbres lombaires, dorsales et cervicales, ou préférez-vous pouvoir vous y abandonner nonchalamment ? Cette recherche de confort, née d’abord pour les fauteuils, avec des fabricants comme Stressless, très implanté sur le marché des seniors, commence tout juste à se développer pour les canapés. Nous avons fait le tour des magasins et répertorié les pricipaux modèles, qu’ils soient mécaniques ou électriques, conçus pour ces positions relax. Une présentation que nous avons voulue surtout visuelle, une image valant, parfois, mieux qu’un long discours !

Les canapés ergonomiques basculent sans lâcher votre dos

Les canapés des spécialistes de la relaxation, comme le norvégien Stressless, l’allemand Himolla ou le français Simmons canapés & relax, sont le must en termes d’ergonomie. Les modèles à haut dossier de ces enseignes sont supérieurs à ceux de toutes les marques généralistes. Ils offrent un excellent maintien des cervicales, des dorsales et des lombaires. Ainsi, les places d’un canapé Stressless basculent individuellement, en suivant le mouvement du corps. Mais ce confort a inévitablement une contrepartie esthétique. La mode est aux dossiers courts, aux assises basses et de plus en plus profondes, et aux lignes épurées. Or, qui veut avoir les cervicales tenues doit choisir un dossier haut.  
Les marques généralistes de canapés relaxants l’ont bien compris. Toutes jouent sur des têtières qui tantôt sont amovibles (par exemple, le Zelig de Natuzzi, où l’appuie-tête, monté sur des tubes, s’enfile derrière le dossier), tantôt se montent (pour plus de confort) et s’abaissent (pour ne pas “casser” le volume de la pièce). Dans ce dernier cas, cela est souvent possible grâce à une crémaillère (Lari de Boconcept). Dans notre sélection, c’est Steiner qui réussit le meilleur compromis entre ergonomie (y compris pour le confort des cervicales) et design. L’enseigne propose deux modèles, Faubourg et Mikado, dont les assises s’avancent et les dossiers s’inclinent (voir p. 34). Attention, toutefois, à la profondeur de l’assise du Faubourg, qui pourra être trop importante pour des personnes de moins de 1,60 m : leurs pieds risquent de ne pas toucher par terre, à moins qu’elles ne s’avancent et perdent ainsi le bénéfice du confort dorsal. De manière générale, il ne faut pas se contenter de vérifier la profondeur de l’assise. La pente et la hauteur de celle-ci doivent aussi être prises en compte. Par exemple, une personne de petite taille pourra être parfaitement à l’aise dans une assise profonde, pentue et basse (comme dans celle du Mikado).
Souvent, confort rime avec fermeté de l’assise et du dossier. Chez les spécialistes de la relaxation, l’assise, en mousse de polyuréthane haute résilience, dépasse généralement 50 kg/m3 – on considère qu’une assise est ferme à partir de 45 kg/m3. “Dans la relaxation, il faut penser plus à son dos, qui doit être fermement tenu, qu’à ses fesses, plaisante Marc Devars, directeur du magasin Steiner de la rue du Faubourg-Saint-Antoine, à Paris. S’enfoncer dans de la plume, ce n’est pas confortable à long terme.” Stressless a pourtant tenté l’expérience avec son modèle E200, dont le confort est plus enveloppant. Les coussins dorsaux sont composés de 30 % de plumes et 70 % de latex, et l’assise est relativement souple (deux couches superposées de 35 et 30 kg/m3).

Certains canapés permettent de s'affaler dans toutes les positions

Pour d’autres utilisateurs, confort veut dire décontraction, se laisser aller sur ce que l’on pourrait appeler des “canapés à vivre”, ou lounge, qui invitent à la convivialité. L’assise de ce type de canapés est souvent profonde (Smala de Cinna). Pour qu’elle le soit encore plus, elle peut être coulissante (Estran de Cinna, Jazzband de Cuir Center, Urbani de Ligne Roset). On peut ainsi s’y avachir, remonter ses jambes ou s’y asseoir en tailleur. Les dossiers de ces canapés peuvent également s’incliner (Smala de Cinna). Ces modèles sont, cependant, moins confortables, par exemple pour regarder la télévision dans cette position, que les versions ergonomiques, où le bombement du dossier et la position de la têtière sont étudiés pour que la tête soit légèrement basculée vers l’avant, le regard n’étant pas accroché au plafond comme cela peut être le cas dans un canapé lounge. Avec ces derniers, il est souvent nécessaire de placer un petit coussin derrière la tête et un cale-reins pour regarder plus confortablement la télévision.

Les canapés électriques mettent un moteur au service du basculement

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les modèles électriques des canapés relaxants ne ressemblent pas à des sièges médicalisés. Il existe des versions électriques de canapés lounge, comme le Nicolaus de Natuzzi (voir p. 39). Les modèles électriques plus classiques (ergonomiques) sont souvent munis d’un repose-pied intégré, qui s’élève pour soutenir les jambes. L’avantage du système électrique : pas besoin de beaucoup de force pour rentrer le repose-pied dans son logement, comme c’est le cas pour certains repose-pieds mécaniques (Movimiento de Cuir Center).
Certaines marques – Stressless, qui ne propose, d’ailleurs, pas non plus de versions électriques de canapés, Steiner… – ont pris le parti de ne pas intégrer de repose-pied à leurs canapés, qu’ils soient mécaniques ou électriques. Pour pouvoir allonger ses jambes, le pouf s’impose alors. “Concernant la longévité du produit, il n’y a pas photo entre un pouf et un repose-pied intégré, explique Karine Aubert, responsable marketing d’Ekornes, la maison mère de Stressless. Les gens s’assoient inévitablement sur les repose-pieds, alors que ce n’est pas fait pour cela, et finissent par les casser. Dans les versions manuelles, le mécanisme vieillit et soulève le repose-pied de moins en moins haut.” Outre leur fonction première, la plupart des poufs, parce qu’ils sont fermes, servent de sièges d’appoint. Stressless a même sorti un modèle quadruple fonction : le Double Pouf Stressless fait, à la fois, office de repose-pied, de banquette, de coffre de rangement et de table, grâce à son plateau qui loge à l’intérieur.

Christine Riste


Mots-clés :

CANAPE




Outils pratiques :

Vous aimerez aussi
Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier