Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Immobilier > Travaux > Les préceptes de la maison feng shui

Les préceptes de la maison feng shui

Les préceptes de la maison feng shui
Novembre 2010
Le Particulier Pratique n° 362, article complet.
Auteur : RISTE (Christine)

Le feng shui, c’est tendance. Qui, dans son entourage, n’a pas un ami dans la mouvance qui s’est mis en tête de lui faire déplacer un miroir “perturbateur d’énergie” ou des fauteuils “mal placés” ? Au même titre que les consultants déco, un nouveau métier s’est développé, celui de consultant feng shui.

Ce dernier vous livre des préconisations d’aménagement intérieur tirées de cette conception du monde. Plutôt que d’en donner prosaïquement les recettes, nous avons voulu explorer cet univers, pour expliciter ce que sous-tendent ces préceptes venus d’Asie.
Cette doctrine chinoise, vieille de plus de 4 000 ans, vise à se sentir mieux chez soi. Elle a pour objet d’optimiser la circulation de l’énergie (le chi) dans un espace afin que ses occupants vivent en harmonie avec leur environnement. Les maîtres et les consultants feng shui vont même plus loin : selon eux, jouer avec les règles du feng shui dans la maison permet à ses habitants de remédier aux difficultés qu’ils rencontrent dans leur vie privée et professionnelle. “Le feng shui, c’est l’art de créer l’harmonie dans son environnement et le changement dans sa vie en y projetant ses intentions”, insiste Marc Chaine, consultant en feng shui tibétain.

Plusieurs écoles très complexes

Le feng shui peut paraître, de prime abord, très complexe par la variété des théories existantes, qui ne sont pas toujours complémentaires. La plus ancienne, et la plus adaptée au monde occidental, l’école de la forme tibétaine, se pratique sans boussole et sans référence aux symboles asiatiques. Face à  celle-ci s’est développée progressivement l’école de la boussole chinoise, qui, elle, est bardée de symboles asiatiques et qui connaît de nombreuses ramifications, dont l’école des étoiles volantes. L’école de la boussole chinoise s’appuie sur l’orientation de l’habitation et sur la bonne ou la mauvaise influence des directions cardinales par rapport à la date de naissance des occupants – en fonction de ceux-ci, on peut donc  aboutir à des conclusions différentes. Elle fait également intervenir la notion de temps, en utilisant la numérologie chinoise.
Source supplémentaire d’interrogations, l’association par certains consultants du feng shui et de la géobiologie, c’est-à-dire l’étude des influences supposées de l’environnement sur le vivant, notamment des ondes liées aux champs magnétiques et électriques, aux courants d’eau souterrains, aux réseaux métalliques, aux failles géologiques, etc. Ces consultants partent ainsi à la chasse aux nœuds de Hartmann – les intersections de bandes de certaines ondes telluriques –, considérés comme pathogènes. Il s’agit de veiller à ne pas installer son lit ni son poste de travail sur un de ces nœuds, car la station prolongée sur ceux-ci provoquerait un affaiblissement de la zone du corps concernée.

Esprits cartésiens, s’abstenir !

Le travail de purification (ou de clarification) peut aussi laisser perplexe plus d’un cartésien. Il consiste à rendre le lieu “inoffensif” pour ses occupants. “La clarification permet d’effacer la mémoire des lieux, qu’il faut comprendre comme la charge émotionnelle des anciens occupants. Nous utilisons de l’encens et le bol tibétain pour parvenir à ce résultat. Mais, outre cette charge karmique, il s’agit aussi de traiter les problèmes physiques, comme inhiber l’action des ondes électromagnétiques en utilisant, notamment, des plantes dépolluantes, des lampes de sel, des cristaux et des pierres semi-précieuses aux endroits stratégiques, etc.”, explique Marc Chaine.

Un zonage de l’habitation

Les spécialistes du feng shui utilisent le bagua – une représentation spatiale de neuf zones, dont chacune correspond à une composante du bien-être, selon les règles de cette discipline : abondance, réputation, amour, projets, famille… La mise en correspondance du bagua avec le plan de l’habitation permet d’aménager chaque pièce afin d’en optimiser le bien-être (voir p. 58). Dans l’école de la forme, on interprète le bagua depuis la porte d’entrée.
Chaque zone du bagua est valorisée par ses symboles propres : éléments, formes, couleurs… (voir p. 59). Lorsque, par exemple, un élément voulu dans une zone est manquant, il est possible d’utiliser l’élément générateur. Ainsi, le feu, absent de sa zone, peut être remplacé par le bois, qui nourrit le feu (cycle productif). Quand, à l’inverse, l’élément feu est présent dans une zone métal, le feu faisant fondre le métal, on utilise l’élément eau, qui éteint le feu (cycle destructif) pour ramener l’équilibre dans la zone concernée. Un précepte tiré de la théorie des cinq éléments (le feu, la terre, le métal, l’eau et le bois), qui se transforment mutuellement. Les deux cycles de transformation sont, en effet, employés pour créer l’harmonie.
L’organisation de l’habitat feng shui ne peut donc se vivre comme de simples recettes exotiques de mieux-être appliquées par un architecte à la mode, mais il demande bien de faire appel à des notions symboliques, plutôt ésotériques. Ce décryptage, déroutant pour les esprits cartésiens, leur permettra au moins de surfer (ou non) sur ce courant en connaissance de cause.

Christine Riste


Mots-clés :

AMELIORATION DE L'HABITAT , TRAVAUX




Outils pratiques :

Bannière Choix patrimoniaux

Réduisez vos impôts
Un professionnel vous accompagne dans vos démarches pour défiscaliser, valoriser votre patrimoine et faire les meilleurs choix de placements

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière e-Particulier