Toute l’information juridique et patrimoniale
pour prendre les bonnes décisions
Accueil > Vie pratique > Automobile > Forum Vie pratique > Litige Garagiste - défaut de diagnostic et conseil

Litige Garagiste - défaut de diagnostic et conseil

Question par : Le Gall le 13 septembre 2016 à 22:08
Bonjour,

Nous sommes en litige avec notre garagiste et avons besoin de conseils.

Le 19.02.2016, nous envoyons notre véhicule au garage pour un bruit de courroie. La garagiste change la courroie d’accessoire et son galet tendeur (Facture de 175.21€ acquittée).

Le 20.05.2016, nous renvoyons notre véhicule au garage pour un nouveau bruit moteur. Le garagiste remplace le Kit de distribution et la pompe à eau (Facture de 557.40€ acquittée).

Suite à un bruit au niveau moteur, nous renvoyons le véhicule au garage. Celui-ci évoque un objet qui roulait dans le coffre de la voiture. Nous n’avions rien dans le coffre. Le garagiste trouve une fuite au niveau d’un joint de sortie de boite de vitesse (ce joint ne fuyait pas avant le 20.05). Il remplace le joint d’étanchéité de pont coté droit et une tete de cardan coté droit. (Facture de 341.63€ acquittée).

Nous réceptionnons le véhicule le 27.05 à 18h. 20kms après avoir quitté le garage, un nouveau bruit se fait entendre. Nous stoppons le véhicule et appelons le garagiste pour le lui signaler. Il vient de tester la voiture 1h auparavant et dit n’avoir rien constaté. Il nous laisse reprendre la route sans recommandation.

150kms plus tard, alors que nous roulons en 6ème avec le régulateur de vitesse, l’embrayage patine faisant décrocher le régulateur par 3 fois. Jamais nous n’avions constaté de signe de faiblesse de l’embrayage auparavant, jamais il n’avait décroché.

Nous représentons le véhicule au garage le 17 juin après avoir effectué 450kms.

Le garagiste nous établit un devis pour le changement de l’embrayage (devis de 1282.96€). Souhaitant avoir un 2nd avis, nous présentons le véhicule dans un second garage qui diagnostique que notre boite de vitesse est HS.

Le 23 juin, nous retournons voir le premier garagiste en lui signifiant que nous sommes face à un problème. Il nous répond : « je sais la boite de vitesse est morte. ». Le garagiste considère qu’il n’a aucune responsabilité et rejette tout arrangement amiable. Pour information le devis de réparation établi est de 5736.48€.

Nous engageons un cabinet d’expertise automobile le 27.06. Une première expertise est réalisée le 22.07. Durant cette expertise, l’expert du garagiste dit « on est bon pour payer une boite de vitesse ». Le garagiste lui s’engage à trouver une solution amiable même si sa garantie ne s’applique pas. Les experts s’accordent sur la nécessité de démonter la boite de vitesse. Cette 2nde expertise est réalisée le 2.08.

Conclusion de notre cabinet d’expert : « en conclusion et pour ces raisons, nous estimons qu’il existe une présomption de faute et de lien de causalité entre l’intervention du garage et la panne. »

Sans nouvelle de la procédure, nous sollicitons par mail, le 2.09, le cabinet d’expertise du garagiste pour connaitre l’état d’avancement du dossier et ses conclusions. Voici ses conclusions :

« Cette réunion a mis en évidence des dommages sans relation de cause à effets avec l'intervention du garage X.
En fait, il s'avère que le garage X en remplaçant seulement la transmission, au vu de l'état du soufflet qui était déchiré et du jeu existant, n'a pas procédé à une réparation complète du véhicule.
Déjà, à l'époque il aurait déjà du proposer le remplacement de la boîte de vitesses. Il ne l'a pas fait et force est de constater que ce n'est que quelques kilomètres plus tard quelle a rendu l'âme.
Mais, ce défaut de diagnostic au niveau de la boîte de vitesses, hors d'usage lors de l'entrée du véhicule en ses ateliers, n'a pas généré d'agravation dommage outre mesure.
En conséquence nous considérons que le garage X n'est pas redevable de l'avarie constatée et telles seront nos conclusions de notre rapport d'expertise que nous déposerons prochainement et adresserons auprès de notre donneur d'ordre. »

A l’issue de cette procédure, nous retournons voir le garagiste qui nous propose d’effectuer la réparation. Le devis est chiffré à 3367.69€. Le seul arragement qu’il propose est de prendre des pièces moins chères que celle de la marque constructeur.

Cette proposition nous parait complètement contradictoire avec l’engagement pris lors de la 1ère expertise.

En définitive, nous constatons
• Qu’avant le remplacement de la courroie de distribution, le joint de sortie de pont ne fuyait pas.
• que l’expert du garagiste évoque un défaut de diagnostic
• que l’expert du garagiste évoque un défaut de conseil
• que notre expert évalue un lien de causalité entre l’intervention du garagiste et la panne
• que le garagiste, sans avoir vu le véhicule, sait, lorsque l’on vient le voir le 23.06, que la boite de vitesse est morte. Comment peut il le savoir si ce n’est en ayant masqué ce diagnostic lors du dernier devis ? Pour quel motif nous a-t-il caché ce diagnostic ?

Nous vous sollicitons donc pour avis. Pensez vous que nous avons intérêt à engager des poursuites judiciaires ?
0 réponse
Trier par : Votes | Date

Attention : vous devez vous connecter pour participer au forum
Préparer votre retraite
Faites appel à un expert pour anticiper et compléter vos futurs revenus

Recommandé par

Votre adresse est conservée par le Particulier, pour en savoir plus / se désinscrire

Bannière Tous simulateurs 1000*104

Bannière Choix patrimoniaux

Forum bannière

 

Bannière e-Particulier